LE RETOURNEMENT D’ENTREPRISE /
PARCOURS GUIDÉ

Vous êtes dirigeant d’une entreprise confrontée à une opération de restructuration

Une entreprise profitable peut se trouver confrontée à des opérations de restructuration :
  - elle est intéressée par le rachat d’un acteur de son marché en difficulté (concurrent, ancienne filiale, sous-traitant ou fournisseur, logique de consolidation de filière industrielle, etc.)
  - une de ses filiales, ou un de ses départements, n’est plus profitable ou n’est plus stratégique, et doit être sorti du périmètre.

Reprise d’une entreprise en difficulté dans le cadre d’un plan de cession

Il peut s’agir d’une véritable opportunité :
  - Un industriel du secteur est TOUJOURS le mieux placé pour sauver un acteur de sa filière ; il dispose d’une capacité naturelle managériale et industrielle à opérer un retournement pérenne si l’environnement est maîtrisé ;
  - Coût d’acquisition faible, si le processus est bien géré ;
  - Grande facilité à établir le bon diagnostic rapidement, et trouver des débouchés commerciaux.
Mais, aussi intéressante qu’elle puisse être stratégiquement, une telle reprise induit certains risques pour une entreprise saine :
  - des contextes juridiques complexes (redressement judiciaire, etc.) qui nécessitent des compétences particulières et une grande expérience ;
  - des situations d’urgence laissant peu de temps pour envisager de façon classique une éventuelle acquisition ;
  - un risque d’image : réticence à fréquenter le monde des tribunaux de commerce, où un éventuel échec peut être perçu très négativement ;
  - un risque social fort : une éventuelle restructuration sociale est complexe et coûteuse à mener au sein d’un groupe
  - un impact financier tant que la restructuration n’est pas achevée
Dans de tels contextes, l’industriel peut avoir un intérêt à faire équipe, temporairement, avec des acteurs de l’investissement en retournement qui sauront l’accompagner en apportant leur connaissance des techniques et des acteurs, ainsi que leur maîtrise de la mise en œuvre des opérations de restructuration (tout en servant de « fusibles » en cas d’échec).

Sortie de filiales non profitables

La sortie d’une partie non rentable d’un groupe sain pose un triple problème :
  - Il est difficile de trouver un acheteur dans un contexte de pertes ;
  - Le groupe se trouve confronté à des opérations de restructurations couteuses s’il ne trouve pas d’acheteur ;
  - Le groupe ne dispose pas de management suffisamment aguerri, ou ne souhaite pas l’y affecter, pour mener à bien les restructurations qui permettraient éventuellement de trouver un acheteur.
Dans toute hypothèse, le vendeur devra s’assurer des points suivants, pour éviter de voir sa responsabilité mise en cause en cas de dépôt de bilan dans les 18 mois (période suspecte):
  - la filiale cédée l’est avec une situation nette équilibrée ;
  - elle dispose du financement de ses pertes prévisionnelles pour 18 mois ;
  - son Business Plan sur cette même période a été revu par un auditeur spécialisé
Ces opérations de sorties du périmètre sont donc complexes et risquées à gérer, du fait de la nécessité d’opérer une restructuration en profondeur. Elles seront facilitées avec l’appui d’un banquier conseil spécialisé, d’un avocat spécialisé et d’autres acteurs du retournement.