CONSEIL EN OPTIMISATION DE TRÉSORERIE /
PAROLE D’EXPERT

Fabrice Keller

Partner, Restructuring, June Partners

Comment voyez-vous le métier de conseil en optimisation de trésorerie ?
C’est un métier paradoxal : un métier spécifique car technique, mais aussi une mission d’ordre général. La trésorerie est en effet une variable essentielle de la santé de l’entreprise, un indicateur que l’on retrouve partout, en quelque sorte un « juge de paix » avec pouvoir de vie ou de mort sur l’entreprise.

En tant que conseil, comment intervenez-vous ?
Comme pour beaucoup de métiers, il y a d’abord une étape de diagnostic, du présent et du futur : une analyse de la situation de trésorerie actuelle, et une évaluation des perspectives. Notre première mission est d’aider l’entreprise à y voir clair, à évaluer la gravité du problème et son évolution. Le DAF de l’entreprise n’a pas forcément les outils et la disponibilité pour effectuer ce travail, et dans certains cas on constate que son rôle est plus souvent orienté vers le résultat et les marges, et moins vers les questions de trésorerie.
Notre deuxième apport concerne l’amélioration des outils, car il faut donner à l’entreprise les moyens de se passer de nous pour suivre sa trésorerie. Nous lui fournissons des modèles, nous améliorons son système d’information notamment en mettant en place les flux d’information manquants.
Enfin, notre rôle est aussi d’améliorer la trésorerie en elle-même, ce que j’appelle « changer les chiffres ». Nous intervenons à deux niveaux : tout d’abord, en accélérant des encaissements (le « cash sprint », ou comment encaisser un maximum d’argent en un minimum de temps), par des actions de recouvrement notamment, mais également en retardant les décaissements par la voie de négociation avec les fournisseurs, les organismes sociaux etc. Se rajoute une mission de contrôle et de maîtrise des flux, qui passe notamment par la centralisation de l’émission de chèques.
Bien sûr, l’idéal est d’intervenir le plus en amont possible, et notre mission peut être préventive. Mais, généralement, on fait appel à nous lorsque les difficultés apparaissent, et bien souvent la situation est pire ce que l’on croyait !

Quels sont les points forts de June Partners ?
Notre équipe est entièrement composée d’associés expérimentés, à la technicité reconnue, et qui ont eu à gérer des situations très complexes. Notre expertise est vraiment la finance opérationnelle : même si nous disposons d’une expertise technique dans le diagnostic et les outils prévisionnels, nous mettons vraiment les mains dans le cambouis et accompagnons l’entreprise en vue de l’amélioration de sa situation.

June Partners, SAS
4 Square Edouard VII
75009 Paris
www.june-partners.com